Une Fille Dans Le Nord

par Caroline D'Astous

De l'Abitibi à Montréal en passant par la Gaspésie, les Cantons de l'Est, la Californie et Québec me voici dans le Nord..avec un grand N!

Bilan ou comment s’est passé le premier mois nordique

Hier cela a fait un mois jour pour jour que j’occupais mon nouvel emploi et le sept que nous étions arrivés à Kuujjuaq. La veille de notre départ nous avons fait-défait nos valises jusqu’à minuit environ. Dans la soirée complètement brûlée et affamée je m’étais tout de même rendue chez Dees Beauty pour me faire faire les sourcils (au fil). J’ai cru m’évanouir sur la chaise, non pas parce que c’était douloureux (bon ok oui ce l’est un peu) mais tout le stress accumulé des derniers jours plus le manque de sommeil venait de me rentrer dedans. Mais qu’importe j’ai tenu bon et c’est avec des beaux sourcils que j’ai fait mon entrée à Kuujjuaq. Mais je crois que le froid stimule la croissance des poils car mes petits buissons oculaires sont en sérieuse crise de discipline depuis mon arrivée.  Enfin. Fin d’une parenthèse beauté pas très utile.

Donc les jours avant notre départ on été une véritable course folle. Nous avons perdu une journée chez Bell, une autre pour la moto, d’autres à acheter milles et un cossin, à faire les boîtes, identifier les boîtes, laisser les boîtes au cargo, retourner le camion de location, apporter la moto au cargo, retourner au garage avec l’auto le tout ponctué de soupers plaisirs avec nos amis et familles où après une seule coupe de vin je me trouvais hilarante….! La tristesse dans tout ça, le fait de n’avoir pas put voir tout le monde. Mais ce n’est que parti remise et avec les technologies d’aujourd’hui c’est plus facile de garder le contact.

Donc le 7 mai au matin direction Dorval nous avons embarqué tout notre bataclan (2 valises (une énorme!), un sac à dos d’expédition, un sac de 155 litres North Face, deux coupoles Bell, emballées dans du carton, une boîte comprenant toutes les bébelles des coupoles et Herman. L’agente à à peine levé les sourcils…..et il nous manquait un sac alors imaginez! Dans la cabine nous avions : deux casques de moto, mon sac de voyage, un sac à dos, une mallette avec ordi et le récepteur/décodeur de Bell. L’agente de bord c’est fait un plaisir (non ce n’est pas de l’ironie, elle avait une super façon et un grand sourire) de placer tout ce bordel un peu partout dans l’avion. 

C’est sous la pluie que deux heures et quart plus nous avons fait notre arrivée. Avec un chien complètement enragé et tous nos bagages intacts.

Par la suite ce fût la saga du cargo pas arrivé le jour même (mais qui y était en vérité) qu’on a put récupérer le lendemain. Notre vie tenait sur une palette….que l’on a déposé straight comme ça dans la boîte du pick-up qu’on avait pour le weekend. Au total deux bols de brisés et une poubelle décédée en chemin entre l’aéroport et la maison. Sinon tout y était. Nous avions décidé de faire le grand saut, tout était paqueté, même notre cafetière que nous n’utilisons jamais. Nous étions en mode installation/déménagement complet. Sauf bien entendu les gros meubles car l’appart venait meublé. Nos meubles font du camping dans notre ancien appart en attendant qu’on décide de leur destin.

Bien sûr il y a eu la saga de la moto, déposée plus tard que les boîtes elle ne se pointait toujours pas le nez. C’est un Homme bien stressé qui appelait tous les jours. Elle a finalement fait son apparition avec une scratch…. L’Homme savait qu’elle se maganerait un jour surtout sur le genre de routes qu’on a ici mais il aurait bien aimé le faire lui-même. La fumée à finie par lui sortir des oreilles…mais je soupçonne que parfois il en reste.

L’autre saga fut celle du téléphone. Expliquer à Bell qu’ils pouvaient passer le vendredi avant notre arrivée le brancher sans trouble. Que non on ne serait pas là mais qu’ils pouvaient passer…..Et finalement arrivés et aucune tonalité…Mais ma boss a été extraordinaire en nous ayant amené un modem d’internet pour le weekend alors nous avons put skypper nos familles et bien entendu le plus important, mettre nos status Facebook à jour….Lundi arrivé au boulot contact Bell, excuse excuse excuse on y va demain sans faute! Mardi, lorsque j’appelle ça sonne mais à l’autre bout rien. Rappelle Bell mais cette fois au numéro local….madame on s’excuse demain! Et mercredi la magie téléphonique à opéré! Nous étions enfin reliés à notre monde. Étrange comme j’avais abandonné le téléphone depuis des années correspondant exclusivement via courriel et SMS et maintenant mon téléphone est redevenu mon meilleur pote. Comme au temps de mes 14 ans alors que j’avais les oreilles en feu et que mes parents avaient installés une deuxième ligne en désespoir de cause. 

Le vendredi nous avons eu nos coupoles d’installées et nous étions maintenant reliés au monde télévisuel! Malheureusement pour nous nos coupoles sont de qualité moyenne et le signal se perd… ce sera peut-être la course aux coupoles en août on verra bien. Pour l’instant nous sommes des adeptes du Food Network ce qui s’avère parfois une torture…et une bénédiction quand l’Homme me cuisine des petites patates rissolées à souhait avec des morceaux d’amandes, ça et le paradis, même chose.

Donc en une semaine on avait tout notre stock, internet, le téléphone et la tv. Excellente moyenne!

Sinon la vie dans le Grand Nord se déroule somme toute bien. Pas vraiment d’anicroche si ce n’est des frustrations (quotidiennes) vis-à-vis la lenteur d’internet mais bon c’est le temps de s’habituer. La routine s’installe comme partout ailleurs. Je marche matin et soir 20 minutes pour aller au boulot. Sur l’heure du dîner l’Homme vient me chercher et je marche pour revenir. Une heure de marche par jour je devrais bien voir un résultat non!! Je dirais que le fait que tous quittent pour le dîner et qu’il n’y est pas de cafétéria n’aide pas aux contacts et à rencontrer du monde. C’est ce qui m’affecte le plus de mon aventure nordique, la solitude. Je n’ai jamais été la personne la plus sociable mais j’aime bien pouvoir jaser, placoter de tout et de rien. J’aime avoir mes amies proches pour un café, souper spontané, sortie au ciné voir le dernier chick flick (je ne me remets toujours pas d’avoir raté SOBO). Et c’est ce qui me manque le plus. Les amies. Les soirées hebdomadaires autour d’un plat de rouleaux printaniers sauce pinotte, les weekends en road trip no where mais parce qu’on est aux US on a l’impression d’être en vacances.  J’ai toujours été un peu ackward, jamais sûre de comment approcher les gens alors toute nouveauté pour moi est un défi. L’Homme c’est mon homme mais ce n’est pas ma chum de fille. Ça va venir. Mais en plus de mon gène anti-sociable ce joint le gène de l’impatience. Attendre, donnez le temps de pffffffff que ça m’exaspère! Mais c’est ce que j’attends de cette expérience aussi. M’apprendre à prendre le temps, m’apprendre à arrêter et de chiller.

Donc en résumé non je ne suis pas sur le point de faire mes valises, loin de là, je suis toujours aussi heureuse de ma décision. Au boulot les tâches rentrent, les habitudes rentrent. La vie au jour le jour prend ses habitudes également. 

Herman est toujours aussi fringuant si vous le vous demandiez. Il demande sans cesse la porte, il cherche à fuir sous les épinettes, il a le bonheur dans les pattes et l’entrain dans le mognon c’est clair.


The Beach
Avant-hier soir nous avons pris la  direction de the Beach! Eh oui il y a bien une plage à Kuujjuaq, plusieurs même. Le sable humidifié me rappelait la texture d’une crème glacée double chocolat extra crémeuse……hummmm (disons qu’à 13$ le pot j’en rêve et c’est pas mal ça….). 
La plage était presque déserte à part pour un énorme Husky qui a daigné se faire gratter l’oreille 2-3 fois. Je dois dire que c’est la première fois que je me sentais un peu réticente. Je le trouvais gigantesque et il dégageait une aura de sauvage intense. L’air de dire : « I belong to the wild and no one else »….
La rivière s’est brisée au courant des derniers jours. L’on m’a dit que c’était la force des courants qui faisait qu’une fois que la fonte débute elle va très vite. Partout le long de la plage l’on trouvait des énormes morceaux de glace échoués. L’eau était d’un bleu pur et l’on pouvait entendre les blocs de glace suintés sous le soleil très ardent de 19h (!). C’était une mélodie douce et unique à l’oreille. Un moment magnifique où tu te dis « Wow, je suis vraiment chanceuse de pouvoir vivre/voir ça! »
Comme les spécialistes annoncent un été plus chaud que la normale, who know peut-être qu’on va commencer à se tenir à la plage et qu’ironiquement moi qui ne sors jamais mon bikini dans le sud je vais devenir miss Beach avec la crème solaire, la serviette, le bouquin tout frippé, la totale quoi! Mais bon si on prend en compte les multiples mouches et maringouins dont on ose à peine me parler de peur que je plis bagage illico je pense que je vais plutôt adopter la position carpe morte et me battre avec l’Homme pour le ventilateur. 
Fun times en perspectives, d’ici là on essais de profiter de dehors le plus qu’on peut. Avec un soleil très présent facile à faire. J’ai réalisé hier en parlant avec la Carriériste  qu’à 21h30 le soleil était toujours là et j’étais très surprise qu’elle m’informe qu’elle pas du tout ! Pour moi c’est rendu naturel la lueur omniprésente….enfin celle du soir pas celle du matin dès 4h30, ça c’est une autre histoire!

The Beach

Avant-hier soir nous avons pris la  direction de the Beach! Eh oui il y a bien une plage à Kuujjuaq, plusieurs même. Le sable humidifié me rappelait la texture d’une crème glacée double chocolat extra crémeuse……hummmm (disons qu’à 13$ le pot j’en rêve et c’est pas mal ça….).

La plage était presque déserte à part pour un énorme Husky qui a daigné se faire gratter l’oreille 2-3 fois. Je dois dire que c’est la première fois que je me sentais un peu réticente. Je le trouvais gigantesque et il dégageait une aura de sauvage intense. L’air de dire : « I belong to the wild and no one else »….

La rivière s’est brisée au courant des derniers jours. L’on m’a dit que c’était la force des courants qui faisait qu’une fois que la fonte débute elle va très vite. Partout le long de la plage l’on trouvait des énormes morceaux de glace échoués. L’eau était d’un bleu pur et l’on pouvait entendre les blocs de glace suintés sous le soleil très ardent de 19h (!). C’était une mélodie douce et unique à l’oreille. Un moment magnifique où tu te dis « Wow, je suis vraiment chanceuse de pouvoir vivre/voir ça! »

Comme les spécialistes annoncent un été plus chaud que la normale, who know peut-être qu’on va commencer à se tenir à la plage et qu’ironiquement moi qui ne sors jamais mon bikini dans le sud je vais devenir miss Beach avec la crème solaire, la serviette, le bouquin tout frippé, la totale quoi! Mais bon si on prend en compte les multiples mouches et maringouins dont on ose à peine me parler de peur que je plis bagage illico je pense que je vais plutôt adopter la position carpe morte et me battre avec l’Homme pour le ventilateur.

Fun times en perspectives, d’ici là on essais de profiter de dehors le plus qu’on peut. Avec un soleil très présent facile à faire. J’ai réalisé hier en parlant avec la Carriériste  qu’à 21h30 le soleil était toujours là et j’étais très surprise qu’elle m’informe qu’elle pas du tout ! Pour moi c’est rendu naturel la lueur omniprésente….enfin celle du soir pas celle du matin dès 4h30, ça c’est une autre histoire!

0 1 note Reblogged from Le Finaliste

Kangirsuk ou l’expérience d’un conseil régional

Je sais je suis en retard (pas mal!) désolée!

Alors comment était mon expérience à Kangirsuk? Vraiment intéressante!

Déjà en partant de voler dans un King Air à 9 places est quelque chose en soi. Ce sentir minuscule décrit à peine la sensation ressentie… On ne peut se tenir debout dans l’avion, enfin moi je ne pouvais pas! Et quand tu vois que les bagages sont tous entassé en arrière retenus par un filet tu te ouain….j’espère qu’on breakeras pas trop sec ! Mais le vol c’est super bien passé. Comme pour Kuujjuaq lorsqu’on sent l’avion descendre, qu’on entend le train d’atterrissage sortir une seule pensée d’habite « mais il est où le village !?!? » Mais surgit toujours brusquement un petit tapon de maisons et le village apparaît.

Le conseil se déroulait sur quatre jours, j’assistais à deux. Le conseil se réunit quatre fois l’an, toujours pour quatre jours. Le conseil de mai ce tient toujours dans une ville différente que Kuujjuaq, l’an prochain ce sera dans un village de la côte d’Hudson. Cela me permettra, si tout va bien, de voir quelques villages durant mon expérience nordique.

Grâce au conseil je me suis irrité le pouce en devenant plus vite que mon ombre pour cliquer on/off sur mon petit écouteur de traduction. Car cela passe de l’anglais à l’inuktitut assez rapidement, il faut être attentif. Plusieurs fois je me concentrais très fort pour réaliser que c’était en inuktitut et que malgré toute la bonne volonté au monde je n’y comprenais rien ! Les discussions sont intéressantes, plusieurs aspects de la vie Inuit y sont discutées : besoin en véhicule pour aller à la chasse, comportements risqués en VTT, saisie d’armes de chasse etc. C’est une réalité qui pour nous du Sud peut nous sembler bien futile, et des enjeux qui n’en sont pas. Mais pour ici ce sont des priorités. L’homme qui ce fait saisir sa carabine car il l’a laissé sans surveillance manquera peut-être sa journée de chasse et par conséquent de quoi faire des réserves, vente etc. C’était très instructif.

J’ai eu l’opportunité de me mettre de la banique sous la dent, et j’ai bien aimé! Mais bon moi tout ce qui est pain je ne lève jamais le nez dessus (sauf s’il est orné d’olives, can’t sorry!)! L’on m’a offert du pitsik (saumon séché salé) et du nikkuk (caribou séché, genre de chips) comme je m’enfournais dans la bouche deux doubles crèmes Oréo (des choses ne changeront jamais…). Craignant que l’overdose de sucre ne détruise le goût du pitsik et du nikkuk j’ai refusé me promettant de me reprendre lors de notre journée des employés fin juin.

Kangirsuk est une petite ville, un peu plus haute vers le détroit de Hudson (deux villages nous séparent : Tasiujaq et Aupaluk,) de 466 habitants. Malgré tout elle est longue car l’eau arrive creux dans le village créant une longue route mince qui relie les deux rives. Chaque rive porte le nom du magasin qui s’y retrouve (oui je sais je me répète, je l’avais écrit sur mes photos mais au cas où). C’est dans ce village que l’on retrouve la seule « halfway house » du Nunavik. L’on y accueille des Inuits reconnus coupable de crime et dont la sentence est moins de deux ans. On fait beaucoup d’effort pour les réhabiliter dans leur culture en organisant des longues journées de chasse et de pêches. C’est un projet intéressant.

Ce petit village est d’ailleurs l’endroit de prédilection de notre cher PM monsieur Charest. Tous les étés il y viendrait pêcher. C’est ZE spot il semble….on attendait même de la haute visite française de je ne sais trop qui…..sous peu. Alors si vous êtes fan de pêche et avez les sous pour une aventure unique direction Kangirsuk ! Ou moins loin venez à Kuujjuaq et ensuite dans une pourvoirie, si Liam Neeson l’a fait why not peanut!

En retard je l’avous mes photos de Kangirsuk. Pas très grande mais assez pour avoir besoin d’un véhicule car la ville est séparée en deux par l’eau qui avance creux. Il y a donc deux “shores”, elles sont nommées par le magasin qui s’y trouve !

À la découverte de la vie nocturne de Kuujjuaq….

C’est maintenant chose faite! Nous pouvons enlever de notre liste de chose à faire à Kuujjuaq : visitez le lounge et le bar.

Notre soirée à débutée au resto de l’auberge où contrairement à ma fête la cuisine était toujours ouverte…..pour deux minutes ! Jamais commandé aussi vite! Nous avions la chance d’avoir en notre compagnie le frère de La Frisée ce qui faisait du bien d’avoir une autre personne à qui parler autre que l’Homme (et Herman).

Suite à notre souper ponctué d’intervention de notre serveuse qui nous demandait aux trois bouchées “do you want your bill”……nous avons décidé de quitter une fois que les chaises étaient sur les tables…Fermez le resto: DONE!

Direction lounge….hum….il est dans le même établissement que le resto. Tout le monde y est en groupe: Commission scolaire, Santé, Police, etc. Grâce au frère nous avons eu accès à la santé, groupe que je n’avais encore jamais rencontré (enfin ce n’est pas compliqué je n’avais rencontré personne so far!). Alors confortablement installée dans un divan aux springs défoncés donc le tissu embaumait une odeur d’humidité suspecte j’ai observé la faune ma foi très sympathique…..et très….hum….imprégnée d’alcool!

Alors qu’une panne d’électricité nous plonge dans l’obscurité nous décidons de faire le tour touristique complet en terminant la soirée au bar communément appelé Le Zoo….dire que j’étais réticente à essayer cet endroit est peu dire !!

Verdict: Intéressant! Bonne soirée et très belles rencontres !

Deux aspects uniques à cet endroit.

- Les gens commande des 6 packs de bières….et il leur est remit de cette façon, en canette avec le ti tour en plastique. Et j’ai vu du monde partir avec des bières sur un cabaret…disons que les gens sont prévoyants…

- Lorsque tu commandes un rhum and coke tu dois spécifier simple car automatiquement ils te font un double….

D’ailleurs l’Homme a eu l’occasion de tester le mélange de l’alcool et la séduction version Kuujjuaq…..il en est toujours légèrement perturbé…. Il n’est plus habitué de ce faire faire de l’oeil je crois!

Non je n’ai rien vu de choquant. Oui beaucoup de personnes sont complètements paf. Mais pas d’agressivité, rien de traumatisant.

Rien d’inhabituel….si ce n’est que le retour c’est fait sur un 4 roues avec 4 adultes dessus….that was definitly new to me !

La bonne nouvelle du matin!

Quand ton premier courriel du matin est:

Tu seras heureuse de savoir Herm est ultra mais là ultra fringuant ce matin! He’s happy like a puppy and jumps all over the place!  :o)

Réveil à 6:45 sharp, demande la porte first thing arrivé en-bas, une fois rentré il spin et fais des 360 devant son sac de bouffe… Dévore sa ration avec entrain et vide presque son bol d’eau!

He even fetched his rope twice for me!

Ça mets du bonheur dans le coeur pour la journée ! :)

Vol Kuujjuaq - Kangirsuk

Herman ou l’histoire d’un chien sur le burn-out

Bon je sais que certain se contrefiche de mon chien mais je sais que pour d’autres il est presque plus important de savoir comment il va que nous alors voici un petit update.

Côté vomissement tout est sous contrôle. Cela a duré deux jours seulement et depuis sans problème.

Là où les choses se corsent c’est dans son comportement. Je pense qu’Herman est en dépression. Oui je suis sérieuse. Il dort tout le temps (ok vous me direz que ce n’est pas nouveau je vous accorde ce point). Il ne demande plus sa bouffe et l’a mange du bout du museau et laisse toujours 4-5 croquettes. Il passe son temps à aller en haut se coucher dans sa cage et à moins d’aller le chercher il refuse d’en bouger. Il ne demande plus la porte, il ne chiale plus pour rien en fait, même pour sa nourriture. Il faut en fait aller le chercher, le faire descendre, lui pousser les fesses jusqu’au bol pour qu’il daigne grignoter. 

Il sursaute à tout. Il a peur de tout. 

J’ai l’impression qu’il accepte mal le changement de maison. De coussin. De routine. Etc. Oui on est là mais il ne semble pas le savoir.

De plus, ces yeux sont de plus en plus enflés. On savait qu’il faudrait un jour le faire ré-opérer pour ses entropions mais c’était sous contrôle depuis trois ans. Il fallait évidemment que cela dérape rendu ici. On lui met de la crème oculaire pour le soulager en attendant.

Enfin, je le sens triste et je me sens un peu dépourvue….

Si on lui parle avec une voix aigüe il shake un peu du mognon mais il ne joue pas et refuse de bouger.

Oh Herman que va t’on faire de toi ! (soupir)

Shopping sur le World Wide Web…

lefinaliste:

Mercredi j’ai commandé une balayeuse sur le site de Costco et j’ai vraiment, mais là vraiment hâte de la recevoir!

**Sérieux après ses envies de marche, il trippe pour une balayeuse….le grand nord affecte l’Homme…!!!

0 1 note Reblogged from Le Finaliste
Ce soir…. Les flocons virevoltenttttt

Ce soir…. Les flocons virevoltenttttt